De mémoire vive. Une rencontre avec Dorcy Rugamba et Roland Rugero

mardi 17 septembre 2013 20h

La mémoire occupe une place des plus importantes dans la littérature contemporaine. Si l’écriture de l’enfance ou d’un passé collectif déjà lointain est déjà difficile, qu’en est-il lorsque la mémoire est vive et les événements traumatiques ? Dorcy Rugamba et Roland Rugero, deux écrivains originaires de la région des Grands Lacs africains, dont l’histoire récente est marquée par le génocide et les guerres, apporteront leurs réponses et les confronteront aux pratiques d’autres écrivains contemporains, de cette région et d’ailleurs.

Cette soirée, modérée par Jean Richard, éditeur lausannois qui a grandi et étudié en Afrique du Sud, est organisée en partenariat avec Babel, Festival de traduction littéraire. La 8ème édition du festival, qui se tiendra du 12 au 15 septembre à Bellinzone, est consacrée à la littérature africaine d’expression française.

Dorcy Rugamba

«L’écriture est un moyen d’être au monde, d’être en interaction avec le temps et le lieu où l’on vit, en questionnant à chaque étape de sa vie la place qu’on occupe au milieu des autres. Toute expérience, la nôtre, celle de gens qu’on côtoie contient en son sein – pour peu qu’on ne s’attarde pas aux anecdotes – une situation allégorique au devenir humain. C’est tout l’intérêt que je trouve au travail d’écriture: dégager des situations singulières ce qu’elles contiennent de générique au drame commun de tous les hommes.»
Dorcy Rugamba

Né en 1969 au Rwanda dans une famille d’artiste, Dorcy Rugamba est écrivain, comédien, metteur en scène et directeur de théâtre. En 1991, il part une première fois en tournée en Europe en tant que danseur. Le 12 avril 1994, il quitte le Rwanda, une semaine après le massacre de sa famille survenue le premier jour du génocide. Il s’installe alors à Paris puis à Bruxelles où il se forme au théâtre. Il se consacre ensuite à la scène et à l’écriture, traitant de l’histoire récente de son pays et de la mémoire.

En 1999, il co-écrit Rwanda 94, une pièce de sur le génocide, mêlant fiction et témoignages, dans laquelle il joue plusieurs rôles. Créée en 1999 au Festival d’Avignon par la compagnie belge Groupov, puis présentée en Europe, en Amérique et en Afrique, cette pièce est plusieurs fois primée. Dorcy Rugamba poursuit son travail d’écriture, avec notamment Bloody Niggers!, Aller retour au Paradis, et plus récemment Gamblers ou la dernière guerre du soldat Hungry. Il joue dans plusieurs de ses pièces, ainsi que des textes d’Amadou Ampaté Bâ, Shakespeare et James Baldwin, sous la direction de Jacques Delcuvellerie, Peter Brook ou Rosa Gasquet. En 2011, il met en scène sa dernière pièce, Gamblers après avoir monté L’Instruction de Peter Weiss, une pièce documentaire sur le procès des responsables nazis du camp d’Auschwitz. Dorcy Rugamba est aussi le fondateur des Ateliers Urwintore, un espace de création et de recherche à Kigali (Rwanda).

Gamblers ou la dernière guerre du soldat Hungry

Dans le Delta du Niger, le sol est gorgé d’un trésor qui attise toutes les convoitises, le « Bonny Light crude », le pétrole le mieux coté au monde sur le marché des hydrocarbures. Fool le Businessman, Pat Robertson le Néo-conservateur, Uprising le Jeune Idéaliste et Hungry un ancien soldat revenu de tout, s’affrontent dans un western moderne pour l’argent du pétrole. Les quatre hommes se retrouvent la même nuit dans une clairière autour d’un pipeline sans s’y être donné rendez-vous! Il y a de l’or à prendre et pas seulement dans l’oléoduc. Au-dessus de leurs têtes, perché sur une branche, un vautour attend son heure.

Roland Rugero

Roland Rugero, né le 22 février 1986 au Nord de Bujumbura, la capitale du Burundi, est l’aîné d’une famille de six enfants. En 1993, après l’assassinat de Melchior Ndadaye, le premier président démocratiquement élu du Burundi, Roland Rugero et sa famille quittent Bujumbura, pour le Rwanda puis pour la Tanzanie.

Il publie un premier roman en 2006, Les Oniriques (éd. Publibook), puis des récits parmi lesquels Mama Tomati dans le recueil In-dépendance (éd. Soma, 2012). Son deuxième roman Baho! est publié en 2012 (éd. Vents d’ailleurs). Il travaille actuellement à son troisième roman qui devrait paraître en 2014. L’écrivain, également journaliste et scénariste, est très engagé sur la scène culturelle burundaise. Co-initiateur animateur du café-littéraire Samandari, il est l’initiateur du Prix littéraire Michel Kayoya et de l’Andika Prize.

En ouverture à la discussion, il lira des extraits de Baho!, ainsi que des passages d’autres auteurs des Grands Lacs qui s’attachent à écrire l’histoire de cette région.

Baho ! (éd. Vents d’ailleurs, 2012)
Dans une vie d’entre-deux-guerres, un village au travail voit ses peurs et ses rancœurs révélées par un fait divers anecdotique et presque drôle : un muet pris d’une envie soudaine de déféquer (était-ce l’eau saumâtre du matin?) demande à une jeune fille par des gestes explicites les latrines les plus proches. Seulement, dans un monde où la violence a formé les âmes simples, les gestes les plus anodins peuvent être interprétés comme des agressions réelles. Cette jeune fille, se croyant ainsi l’objet d’une tentative de viol, hurle, crie, alerte. Le pauvre hère, comprenant la méprise, croit que courir le sauvera. Pourtant, cela devient un véritable aveu de culpabilité et le conduit inexorablement au gibet, où la vindicte populaire pourra montrer l’étendue de ses peurs. Petit à petit, à travers les passés traumatisés des acteurs de cette histoire, on assiste aux interrogations de tout un peuple sur ce que sont la justice et la difficulté d’être ensemble…

À force d’évoquer l’inavouable, celui-ci s’est produit !

Audio

De mémoire vive. Une rencontre avec Dorcy Rugamba et Roland Rugero Dorcy Rugamba -©Jamie Lumley
De mémoire vive. Une rencontre avec Dorcy Rugamba et Roland Rugero Roland Rugero

Entrée: 10.- / 8.- la soirée
Apéritif offert à l’issue des lectures
Réservation conseillée: info(at)m-r-l.ch
ou au +41 22 310 10 28

© 2019 MRL
Ce site Wordpress a été développé à Genève par thelab.ch