La littérature sous le manteau – Une nuit de lectures subversives. Avec Lamia Dorner, Christian Prigent et Philippe Gindre

samedi 11 mai 2013 19h

Dans l’écrin sombre de la Nuit des musées – la première du genre à Genève –, se succèderont des lectures de textes subversifs par leurs auteurs. On le sait, il y a lecture et… lecture. Les invités de cette nuit investiront pleinement la MRL: leurs mots ne se cantonneront pas à l’espace entre leur bouche et le micro.

Véritables lecteurs/performeurs, triturant la langue, ses rythmes, ses sens, ils sauront faire vibrer le public!

19h, Lamia Dorner: Les nuits panoramiques, récit brisé

D’origine suisse et marocaine, les racines littéraires et imaginaires de Lamia Dorner plongent dans le terreau de sa double culture. Sa poésie dévoile son cheminement intérieur de femme explorant l’espace de son corps, la mémoire de ses sensations.

En 2011, elle publie chez MētisPresse Les nuits panoramiques, récit brisé, un texte fragmentaire qui décrit une soif, une violence, la quête d’un espace, au fil d’une écriture déconstruite, reconstruite entre Orient et Occident. Lamia Dorner lira des extraits de ce récit charnel, à l’affut des révélations des sens.

20h30, Christian Prigent: Les Enfances Chino

Christian Prigent attaque au couteau la langue française, lourde de traditions littéraires et populaires, lui livrant un combat dans l’ensemble de son œuvre. «Est poète, écrit-il, celui qui vit le rapport à la langue comme malaise, comme angoisse et donc comme désir de faire surgir en elle une autre langue». Ironique, provocateur, contestataire, il est l’auteur de plus de 40 ouvrages de poésie, fiction ou essais, parmi lesquels Ceux qui merdRent (1991), Écrit au couteau (1993) et L’Écriture, ça crispe le mou (1997).

Maître des lectures publiques qu’il pratique depuis les années, il lira des extraits de son dernier roman, Les Enfances Chino (2013, POL), directement inspiré de l’univers du peintre Francisco de  Goya, qui plonge les lecteurs dans la France des années 1950.

Écriture et lecture vont de paire chez cet écrivain – sa prose et sa voix promettent de résonner longtemps dans les esprits des chanceux qui viendront l’écouter.

22h, Philippe Gindre: Demain, ça vient

Demain, ça vient est le deuxième récit que Philippe Gindre publie aux Éditions des Sauvages, après Pagaille temporelle. Il a valu le Prix des Charmettes à cet ex-libraire genevois qui, pour sa rédaction, a bénéficié de la bourse d’aide à l’écriture de la Ville de Genève.

Le protagoniste de Demain, ça vient navigue entre une librairie sur le point de fermer, un établissement psychiatrique et la composition de morceaux de punk. Alcool et drogue se mêlent à l’énergie créatrice et à la poésie de ce récit autobiographique, qui retrace les étapes d’une rédemption. L’écrivain est également le compositeur et interprète des chansons punk, bande originale du livre fournie sur CD avec chaque exemplaire.

Philippe Gindre a carte blanche pour terminer cette nuit à la MRL: ses textes de même que sa guitare promettent d’être électriques.

Audio

La littérature sous le manteau – Une nuit de lectures subversives. Avec Lamia Dorner, Christian Prigent et Philippe Gindre ©MētisPresse

Informations complémentaires: info(at)m-r-l.ch
ou au +41 22 310 10 28

© 2019 MRL
Ce site Wordpress a été développé à Genève par thelab.ch