La Nuit des anti-héros III: FrankensteiN, Morceaux choisis, Spectacle

samedi 17 mai 2014 23h59

«Ce fut en novembre, pendant une nuit affreuse, que je vis l’accomplissement de mes travaux. Dans une inquiétude voisine de l’agonie, je rassemblai autour de moi les instruments propres à donner la vie, pour introduire une étincelle d’existence dans cette matière inanimée qui était à mes pieds. L’airain avait déjà sonné la première heure après minuit; la pluie battait, avec un sifflement horrible, contre mes fenêtres; ma lumière était près de s’éteindre, lorsqu’à cette lueur vacillante, je vis s’ouvrir l’œil jaune et stupide de la créature: elle respira avec force, et ses membres furent agités d’un mouvement convulsif.»
Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne

Dans le roman, Victor Frankenstein abandonne Dieu pour la Science et crée, à partir de cadavres, un nouvel Adam qu’il renie aussitôt que la Créature s’anime. Il la condamne à la mort en la jugeant comme une simple expérimentation ratée. Survivant seule, sans père, sans nom, sans égal et sans pareils, la Créature laisse libre cours à sa rage, semant meurtre et désolation autour de celui qui l’a abandonné.

Qui porte le poids de la culpabilité de ces assassinats? Victor Frankenstein accuse la Créature; le Monstre reporte la faute sur son Créateur, qui ne lui a enseigné ni le Bien ni le Mal. Les péchés du Père doivent-ils être ceux des fils? Ceux des Fils doivent-ils marquer les Pères à part égal? Victor et la Créature peuvent-ils être dissociés en deux entités séparées ou ne peuvent-ils être jugés que comme un tout, une dualité autonome, un Père et un Fils sans Saint-Esprit, de la même façon que le public, et l’inconscient collectif, le fait en confondant Victor Frankenstein avec la Créature de Frankenstein? «Eli, Eli, lama sabactani» (Mon Père, Mon Père, pourquoi m’as-tu abandonné?). Cette ultime question du Christ sur la Croix, la Question de l’Homme à travers tous les siècles face à son destin dramatiquement unique et forcément fatal («Pourquoi moi?»), cette Question, la Créature ne cesse de la poser à Frankenstein. Tout le génie de cette œuvre est de nous donner à entendre une réponse. Une réponse terrible qui ouvre sur une interrogation vertigineuse sur l’injustice arbitraire de la Naissance et la nécessité suprême de la Mort et de l’Oubli.

Texte tiré de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818), trad. J.S., Corréard, 1821.
Mise en scène et montage du texte: Olivier Lafrance
Jeu: Adrian FilipOlivier LafranceLluvia de Sela

Violon: Laeticia Lafrance
Bande-son: Graham Broomfield
Maquillage: Arnaud Buchs
Production: La Marie-Céleste Cie et la MRL

FrankensteiN, Morceaux Choisis: une création en évolution
Ce spectacle est le fruit d’un désir toujours renouvelé de faire partager et découvrir ce texte et ces personnages extraordinaires. Ce désir est celui du metteur en scène, initiateur du projet et comédien genevois Olivier Lafrance. Celui-ci découvre l’œuvre de Shelley à l’âge de 15 ans, et sa lecture le marquera durablement. Le personnage de Victor Frankenstein le fascine et les questions que le roman suscite ne cesseront de le suivre tout au long des années. Il présente une première lecture jouée de Frankenstein en 2009. Il ne cesse de travailler ce texte et propose un spectacle inédit pour la Nuit des anti-héros de la MRL: FrankensteiN Morceaux choisis. Metteur en scène, il interprète également Victor Frankenstein. C’est Adrian Filip qui incarne la Créature, lui donnant toute la mesure de sa force. La sensibilité et le talent de ce comédien rare, alliés à son impressionnante présence physique, permettront d’offrir au public une représentation fidèle de la confrontation imaginée par Mary Shelley.

L’équipe du spectacle
Né à Genève, Olivier Lafrance commence sa carrière d’acteur à l’âge de 18 ans. Après plusieurs expériences professionnelles, dont une mise en scène, il intègre le Conservatoire d’Art Dramatique de Genève, sous la direction de Claude Stratz. Après ses études, il joue régulièrement sur les scènes genevoises, tant dans l’institution que dans le off. Assistant de Dominique Ziegler de 2004 à 2008, il poursuit sa collaboration avec l’auteur et metteur en scène genevois en tant que comédien dans trois de ses dernières créations. Il joue notamment dans Pourquoi ont-ils tué Jaurès?une pièce présentée au Théâtre du Poche en 2013 et reprise au Festival d’Avignon 2014. Olivier Lafrance met également en scène plusieurs spectacles, parmi lesquels La ferme des animaux d’après George Orwell au Théâtre des Grottes en 2013.

Né en 1980, Adrian Filip est licencié en Science Politique à l’Université de Genève. Il intègre la Manufacture en 2009 et obtient en 2012 le bachelor de théâtre. Au cours de ces trois années d’études, il travaille sous la direction, entre autre, de Denis Maillefer et d’Oscar Gomez Mata. Sitôt diplômé, il intègre avec succès les scènes de la région, dirigé par des metteurs en scène aux styles aussi variés que reconnus tels que Andrea Novikov, Éric Devanthéry, Roberto Salomon ou encore Frédéric Polier dans La terquedad, spectacle créé au Théâtre du Grütli en Janvier 2014. Par ailleurs lui-même créateur, Adrian Filip poursuit depuis le printemps 2013 une collaboration avec le comédien Laurent Annoni au travers de la série théâtrale Ambitions, réalisation collective qui se perpétue à ce jour.

Lluvia de Sela
 est née à Montréal. Acrobate aérienne, mime/clown, chanteuse, elle évolue dans des univers variés (concert, spectacle alliant le body art et les multi-performances). De 1995 à 2000, elle se forme au cirque à San Francisco avec Ayin de Sela, puis au Théâtre Cirqule, à Genève. Dès lors, jusqu’à ce jour, elle se produit régulièrement en Europe et internationalement. Dès 2008, elle participe à la création artistique du Palais Mascotte, à Genève, à sa programmation et à sa direction artistique.

Laetitia Lafrance est une musicienne genevoise, collaborant régulièrement avec les orchestres de la région romande. Violoniste, ancienne élève de Tibor Varga, elle étudie à l’académie de Sion, puis au Conservatoire de Genève où elle obtient un diplôme de Concert en 2004, puis se forme au violon baroque auprès de Florence Malgoire. Poursuivant sa carrière de violoniste sous la direction de chefs reconnus tels que Michel Corboz et Guillaume Tourniaire, Laetitia Lafrance se forme parallèlement en théâtre. Elle intègre en 2004 le Conservatoire Populaire d’Art Dramatique où elle étudie notamment sous la direction de Philippe Lüscher et Christian Robert-Charrue. Elle participe à plusieurs spectacles de son compagnon, Olivier Lafrance, en tant que musicienne et comédienne, notamment Histoires à en frémir (2006), Spectacles de Chambre (2009-2010), La Ferme aux Animaux (2013).

L’auteure
Mary Shelley naît à Londres le 30 Août 1797. Elle est la fille de William Godwin, écrivain politique et de Mary Wollstonecraft, une des figures les plus importantes du féminisme anglo-saxon. Sa mère meurt moins de 2 semaines après sa naissance, elle est élevée par son père. En 1814, elle fait la connaissance en 1814 du poète Percy Bysshe Shelley, qui quitte pour elle sa première épouse. Ensemble, ils abandonnent l’Angleterre. Au cours de l’été 1816 particulièrement sombre et maussade, les Shelley rejoignent Lord Byron à Genève – le poète à la Villa Diodati sur les rives du Léman. Un soir, ce qui n’était au départ qu’un simple jeu littéraire de salon proposé à l’initiative de Byron (écrire l’histoire la plus terrifiante possible) va donner naissance au premier mythe réellement «moderne» et porter le Gothique à son point culminant pour mieux ouvrir la voie au Fantastique et à la Science-Fiction. Par une sorte de fulgurance la jeune Mary, qui n’a pas encore vingt ans, pose les bases de son roman Frankenstein ou le Prométhée Moderne, publié en 1818. Après une sortie relativement discrète, le livre va réellement «prendre vie» grâce à de nombreuses adaptations théâtrales en Angleterre, et ce dès 1820.

Les autres événements de la MRL organisés dans le cadre de la Nuit des super-musées de Genève  et du dimanche des super-familles:
La Nuit des anti-héros I: Michel Layaz: «Pauvre type!», lecture par l’auteur à 18h30 et à 19h15
La Nuit des anti-héros II: Céline Minard: Far West Wanted!, lecture par l’auteure à 20h30 et 21h15
Le dimanche des super-familles: parcours audio-visuel sur Rousseau le touche-à-tout, de 11h à 17h30

La Nuit des anti-héros III: FrankensteiN, Morceaux choisis, Spectacle

Début du spectacle: minuit
Durée: 1h20 env.
Aucune entrée pendant le spectacle
Entrée adulte: 10 CHF tarif unique, valable pour toute la Nuit des super-musées
Entrée jeune public (jusqu’à 18 ans) et Carte 20ans 20francs: entrée libre
Réservation conseillée: info(at)m-r-l.ch
ou au +41 22 310 10 28

Les réservations par courriel seront relevées jusqu’à samedi 17 à 15h. 

© 2020 MRL
Ce site Wordpress a été développé à Genève par thelab.ch