Max Lobe s’a muse

jeudi 4 juillet 2013 18h30

Max Lobe lira des extraits de 39 rue de Berne, un roman où il dépeint avec dextérité la vie des immigrés clandestins dans la fameuse rue de Berne de Genève. Ce lecteur d’Ahmadou Kourouma, de Calixthe Béayla ou encore de Charles Ferdinand Ramuz donnera aussi à entendre une de ses propres nouvelles avant de lever le voile sur ses sources d’inspiration.

39 rue de Berne (éditions Zoé, 2013):

A 16 ans, la mère de Dipita atterrit du Cameroun en Europeoù elle est brutalement plongée dans le monde de la prostitution. Depuis, elle se débrouille. Sa naïveté, sa générosité et sa beauté lui permettent d’y survivre, malgré un «camion de haine dans son ventre». Elle raconte sa vie à Dipita, qui aime l’écouter – mais aussi lui couper la parole pour bèp ! bèp ! –, continuer l’histoire encore mieux. Dipita aime aussi son oncle et sa manière de vitupérer à longueur de journée les huiles de son pays, même si c’est lui qui a jeté sa mère dans les filets des «Philantropes-Bienfaiteurs». Dipita aime tout autant celles qu’il appelle «ses mères» ; elles participent à son éducation, aux commérages et aux réunions de l’AFP (association des filles des Pâquis) et elles accepteront de manière déconcertante que leur petit Dipita devienne comme ça.

Dans une langue haute en couleurs, inventive et généreuse, le narrateur décrit avec finesse aussi bien la réalité des Africains sans papier que les paradoxes et les souffrances d’un tout jeune homme noir et homosexuel.

Max Lobe, né en 1986 à Douala au Cameroun, vit en Suisse depuis 8 ans, où il a fait des études. En 2009, il reçoit le Prix de la Sorge pour sa nouvelle le Baccalauréat. Il est aussi l’auteur de l’enfant du miracle (éd. des Sauvages, 2011). Sur son blog, Les Cahiers bantous, il publie régulièrement des nouvelles.

Audio

Max Lobe s’a muse Max Lobe

Entrée libre
Apéritif offert à l’issue de la rencontre
Réservation conseillée: info(at)m-r-l.ch
ou au +41 22 310 10 28

© 2019 MRL
Ce site Wordpress a été développé à Genève par thelab.ch