Philippe Sabres s’a muse

jeudi 11 juillet 2013 18h30

«Il m’est arrivé de m’endormir sous la table où je travaillais. Comme si j’étais le vieux chien de moi-même, allongé à mes pieds.
C’est peut-être cet homme qui dort qui possède les clés de l’écriture. Parce qu’il a accès aux chambres de nous-mêmes qui ne s’ouvrent pas sous l’effet de notre volonté. Les images que je trouve dans ces chambres, je ne les choisis pas. Souvent tout part de là. D’une image.»
Philippe Sabres

Les pièces de Philippe Sabres, superposant enjeux familiaux et sociaux, se rejoignent par leur densité rare et leur profonde humanité. Elles évoquent la friabilité du monde. Philippe Sabres dit de ses personnages que même empêtrés, sans cesse ils grandissent.

Avant d’aborder les images desquelles ses pièces ont surgi, le dramaturge lira des scènes de Sweet potatoes, une pièce qui sera rejouée au Théâtre du Passage à Neuchâtel la saison prochaine. Il lira également des extraits de Le club des tués au feu, une pièce sur la première guerre mondiale, à laquelle il travaille actuellement.

Sweet potatoes (éd. Kazalma, 2012)
Création au Théâtre du Passage à Neuchâtel du 23 au 28 octobre 2012.
Un père, une fille. Daniel, ouvrier automobile, la cinquantaine bien tapée. Douce, qui aimerait terminer ses études par un stage en Angleterre. Mais l’argent manque et la chute des ventes de voitures n’arrange rien. Daniel est prêt à tout, quitte à s’endetter davantage, et tant pis s’il descendra encore dans l’estime de son père, ouvrier lui aussi, d’un autre temps. Superposant les enjeux familiaux, sociaux et économiques, évitant tout misérabilisme et manichéisme, Sweet potatoes dresse avec une brûlante actualité le portrait de deux êtres malmenés par le monde, mais bien décidés à rester debout. Debout et vivants.

Dramaturge français, Philippe Sabres débute comme comédien dans la troupe permanente du Centre Dramatique National Nord-Pas de Calais. Il joue ensuite dans diverses compagnies et se met à écrire pour les comédiens qui l’entourent, tout en continuant de jouer sous son nom de Philippe Bertin. Il travaille régulièrement dans des fictions de France-Culture et enregistre de nombreux livres audio, parmi lesquels l’Intégrale des textes autobiographiques de Rousseau (2008). La figure du Citoyen de Genève lui inspire également un roman historique : La Lettre à Girardin (éd. Lyre Audio, 2011, lu par l’auteur).

 

Audio

Philippe Sabres s’a muse Philippe Sabres

Entrée libre
Apéritif offert à l’issue de la rencontre
Réservation conseillée: info(at)m-r-l.ch
ou au +41 22 310 10 28

© 2019 MRL
Ce site Wordpress a été développé à Genève par thelab.ch